Les conseils d'organisation > Gérer les risques festifs > Consommations et comportements

Les outils de la réduction des risques lors des événements festifs et culturels

Vous organisez des événements festifs et vous voulez protéger un public qui peut avoir des pratiques à risques en vous lançant dans une démarche de RDR ?

Après en avoir abordé les bases dans une série de vidéos disponibles sur notre site, nous avons pensé qu’il était important de vous présenter un peu plus en détail les outils qui vont permettre de mener ces actions auprès de votre public pendant le déroulement de votre événement.

Les “outils” de la RDR sont les supports et les matériaux qui vont permettre d’agir sur deux axes essentiels pendant votre manifestation:

  • L’information et la sensibilisation, et la nous aurons généralement affaire à des brochures et des affiches présentant différents messages selon les thèmes abordés.
  • Les dispositifs pratiques tels que les préservatifs ou les éthylotests qui vont permettre d’accompagner l’usage et réduire les dommages que peuvent générer des pratiques à risque.

Ces outils sont généralement conçus et mis à disposition par des organismes reconnus et qui ont réfléchi longuement à leur utilité, leur conception et leur utilisation. Ils rentrent dans le cadre d’une politique de santé publique reconnue. Leur diffusion est légale et protégée par la loi du 26 janvier 2016.  

Que ce soit vos équipes ou celles d’associations spécialisées qui les diffusent, il est important, en tant qu’organisateur d’en connaître le rôle et l’intérêt. En effet, ces outils sont nombreux et couvrent des pratiques diverses. Vous n’aurez généralement ni le besoin ni les moyens techniques et humains de tous les mettre à disposition de votre public en même temps.

Selon les types de fêtes, les genres musicaux et même les lieux, les pratiques diffèrent. Un événement qui ne vend pas d’alcool n’aura probablement pas besoin d’éthylotest et des outils liés à l’injection ne se distribuent pas par poignées en libre accès comme des bouchons d’oreille dans une discothèque. 

Une de vos premières missions sera donc de bien identifier les pratiques et consommation de votre public pour déterminer sur quels axes il faudra concentrer les actions de RDR. Pour cela vous pouvez être accompagnés par un opérateur spécialisé qui vous aidera à faire un diagnostic pertinent et à bien calibrer le dispositif qui sera mis en œuvre sur votre événement. 

Étant donné qu’il existe un grand nombre d’outils, plutôt que d’en faire la liste exhaustive, nous avons tenté de les grouper par grande famille de mode de consommation. Cela vous aidera à vous y retrouver en fonction des comportements de votre public, tout en gardant à l’esprit que les fêtes sont des lieux de polyconsommations et de prises de risques multiples. Vous devrez envisager une offre simultanée de plusieurs de ces outils. 

Avant d’entrer dans les détails des outils pratiques, voyons les outils d’information et de sensibilisation que sont les flyers,  les brochures et  les affiches que créent les opérateurs de réduction des risques et qui peuvent être diffusés dans vos événements 

Les outils d’information et de sensibilisation

Ce sont  les outils de RDR les plus faciles à se procurer et à diffuser.

La plupart du temps, ces tracts ou affiches diffusent des messages de sensibilisation et des informations plus ou moins détaillées, de quelques lignes à plusieurs pages. Ils peuvent aussi avoir un aspect plus pratique comme les réglettes de sensibilisation à l’alcoolémie qui sont des tableaux présentant les quantités d’alcool présentes dans le sang selon les doses ingérées ainsi que le temps d’élimination estimé. Leur utilisation permet à chacun d’anticiper le temps nécessaire avant de reprendre la route et incite au repos. 

Si vous animez des tables d’information et que vous cherchez ce genre de support, différentes associations de réduction des risques, en fonction de leur spécialisation et de leur zone d’intervention, pourront souvent vous les fournir de manière gratuite. Cela se fera généralement après un échange pour voir quels sont vos besoins exacts et avoir établi un dialogue avec vous.

SI vous ne pouvez pas les rencontrer physiquement, beaucoup des ces associations mettent en ligne des modèles de tracts et d’affiches à imprimer par vous même. On vous met une liste de sites intéressants en description.

Certaines organisations réalisent aussi des envois postaux de tracts et d’affiches imprimés que vous pourrez leur commander, sur internet ou en les appelant. 

A titre d’exemple, l’association Act-UP Sud Ouest et la Fédération Octopus, en collaboration avec la designer Qanine ont lancé une campagne de prévention et de réduction des risques nommée “Festive, la fête sûre et bienveillante” qui est un projet visant à susciter les pratiques responsables dans les moments festifs. Les visuels sont téléchargeables gratuitement, pour votre communication sur vos réseaux sociaux ou pour les imprimer pour les afficher dans vos évènements. D’autres structures comme Agi-Son ou Aides mettent eux aussi des visuels à disposition gratuitement sur leurs sites internet.

L’association Techno+ met les fichiers de ses flyers de RDR en libre téléchargement, mais vous pourrez aussi directement leur commander un carton de flyers préimprimés.

Lorsque les opérateurs de RDR interviennent sur vos événements, ils sont généralement équipés de tout ce dont ils ont besoin sur ce point. 

Les outils pratiques en lien avec la consommation d’ALCOOL

Si vous vendez de l’alcool ou que le public peut amener ses propres boissons, il existe des outils qui permettent de contrôler son niveau de consommation et savoir si l’on est en état de reprendre le volant. Les accidents de voiture à la sortie des événements festifs étant l’un des risques principaux de la consommation d’alcool, ce sont des outils essentiels de la RDR en milieu festif.

Les éthylotests chimiques à usage unique permettent à l’utilisateur de savoir si son taux d’alcoolémie est supérieur à la réglementation pour la conduite. Les jeunes conducteurs sont soumis à un taux inférieur, c’est pourquoi il existe deux types d’éthylotests. Il faut donc penser à mettre à disposition si possible des éthylotests adaptés aux deux publics.

Si vous n’avez pas d’éthylotests en grande quantité, vous pouvez utiliser un éthylomètre. Il a l’avantage d’afficher le taux d’alcoolémie exact. Contrairement aux éthylotests, l’éthylomètre est une machine qui fonctionne sur batteries sera utilisable de nombreuses fois. Il fonctionne avec des embouts jetables à usage unique. Vous pouvez en acheter mais ils peuvent aussi être prêtés par des organismes de sécurité routière. 

Limiter les risques liés à la diffusion de MUSIQUE amplifiée

Si dans votre événement la musique est à fort volume et/ou diffusée pendant plusieurs heures, il existe un risque de dégradation de l’audition pour les personnes qui y sont exposées.

Pour s’en protéger, il existe plusieurs types de bouchons auditifs permettant de réduire les risques, aussi bien pour votre public que pour votre équipe.. L’outil le plus commun, le moins onéreux et le plus facile à distribuer à grande échelle sont les bouchons en mousse (jetables ou réutilisables). 

Pour vous procurer ce type de protection d’oreilles, vous pouvez solliciter les différentes structures de RDR autour de chez vous qui distribuent du matériel ou bien les acheter dans le commerce. L’association Agi-son en vend à des tarifs très raisonnables sur son site internet.

Pour mieux protéger les équipes et artistes qui se retrouvent plus souvent exposés mais qui souhaitent garder un confort d’écoute et de travail, il existe des bouchons en silicone avec filtres interchangeables que vous pourrez généralement trouver en pharmacie ou dans le commerce. 

Pour finir, il y a des bouchons sur-mesure qui offrent une meilleure protection et sont les plus fonctionnels à utiliser pour les artistes et les métiers de la sonorisation car ils déforment moins le son.

Encore une fois, Agi-son est LA structure de référence pour obtenir plus d’informations sur ces protections. 

Réduire les risques liés aux pratiques sexuelles à risque.

On peut considérer que la plupart des publics des événements festifs sont intéressés par des outils de réductions des risques concernant  les pratiques sexuelles, que celles-ci soient plus ou moins à risque. Il est donc essentiel de diffuser, en plus de la documentation,  des outils qui leur permettent de se protéger lors de rapports qui peuvent avoir lieu, pendant ou après votre événement.

Parmi ces outils, nous retrouvons les préservatifs internes et externes, présentés dans des sachets individuels. Leur utilisation réduit les risques de transmission de maladies sexuellement transmissibles et prévient les grossesses non désirées. Les préservatifs externes sont recommandés pour toute pénétration, qu’elle soit vaginale, anale ou orale et l’utilisation de sextoys partagés. Le préservatif interne est recommandé pour les pénétrations vaginales et anales. 

La distribution de préservatifs peut être accompagnée par du gel intime. Celui-ci se présente en monodose ou en tube. Il permet d’hydrater les muqueuses intimes afin d’éviter les frottements désagréables voire les lésions et réduit les risques de rupture d’un préservatif. 

Pour se protéger des maladies sexuellement transmissibles telles que l’herpès génital, la syphilis et la chlamydia lors de rapports bucco-génitaux et bucco-anaux, l’utilisation d’une digue buccale à usage unique est recommandée. 

Si vous êtes en contact avec une association habilitée à les réaliser, des tests rapides TROD pour le VIH sont une pratique très intéressante à implanter dans les événements festifs. Ils permettent de dépister rapidement le public qui en fait la demande afin de l’informer de son statut sérologique, mais aussi d’entamer un vrai dialogue sur les pratiques et diffuser des conseils.

Les consommations de drogue par voies nasales

Si vous considérez qu’une partie de votre public est susceptible de consommer des drogues qui se prennent par sniff comme la cocaïne, la kétamine, l’héroïne ou le speed, vous avez à votre disposition différents outils de RDR. Ils ont pour objectif de limiter les infections diverses, ainsi que les risques de transmission par le sang de maladies telles que l’hépatite C ou le SIDA.

L’outil de base concernant cette pratique sont les “roule ta paille”, c’est un carnet de petites feuilles à usage unique, généralement imprimé avec des messages de prévention à l’attention des usagers qu’on peut rouler pour en faire une paille. L’intérêt se trouve dans le fait que ces pailles sont à usage unique et individuel ce qui empêche les risques de transmission de maladies liées à l’échange de paille entre les usagers. De plus, ils limitent les risques de micro coupures provoquées par les pailles “en dur” et évitent les infections.

Un autre outil complémentaire des “roule ta paille” est le sérum physiologique.

C’est une dosette à usage unique en plastique thermoformé de 5 ml, stérile et non injectable.

Il réduit les risques d’irritations et donc de potentielles infections causées par les résidus de poudre qui restent accrochées aux parois du nez, entraînant nécroses et perforations des cloisons nasales. 

Enfin, le kit Straw bag est un kit à usage unique destiné aux  usagers de drogues par sniff et qui regroupe l’ensemble des outils dont nous venons de parler ainsi que de quoi préparer la consommation dans des conditions d’hygiène correctes. 

Les drogues consommées par INJECTION

Bien que ce soit une pratique moins courante que d’autres en milieu festif, les injecteurs sont aussi présents dans les soirées et les festivals. Le produit injecté le plus couramment est bien sur l’héroïne. 

La distribution de seringues est un des premiers acquis de la réduction des risques.  Elle a été obtenue de haute lutte par les associations de santé communautaire au moment où le SIDA faisait des ravages parmi les usagers. 

Des outils ont étés crées afin de limiter au maximum les risques liées aux infections et maladies transmissibles par le sang telles que le VIH, les hépatites B et C et autres pathogènes infectieux comme c’est le cas pour les outils concernant les produits se consommant par sniff et plus généralement dès que le matériel servant à la consommation du produit est en contact direct avec le sang ou autres muqueuses.

On peut citer par exemple les Kit stéribox ou Kit+. Ils contiennent les outils utiles à la prise par injection dont des seringues et permettent à l’usager d’avoir tous les éléments nécessaires pour qu’il puisse consommer son produit de manière la plus sûre possible sans prendre de risques supplémentaires.

D’autres outils comme des champs de soin stériles pour préparer les injections, des lingettes désinfectantes ou des crèmes cicatrisantes permettent eux aussi de réduire les risques.

Des conteneurs pour DASRI (déchet d’activité de soins à risque infectieux) peuvent être proposés aux usagers injecteurs de drogues pour y stocker les seringues usagées en prévention des accidents d’exposition au sang. Ils sont généralement jaunes avec un logo les identifiant clairement.

En permettant de sécuriser le matériel usagé et souillé, ces containers servent à la prévention des piqûres accidentelles pour les usagers, leurs proches mais aussi les personnels qui interviennent dans le nettoyage des espaces festifs, la collecte et le traitement des déchets.

Comme évoqués pour les pratiques sexuelles, les dépistages rapides VIH sont aussi un atout non négligeables.

Enfin, les associations habilitées peuvent donner aux usagers qui en font la demande du Naxolone. C’est un antidote aux surdoses provoquées par la consommation d’opioïdes délivrés sous la forme du kit PRENOXAD. Il donne la possibilité d’intervenir rapidement lors d’une situation de surdose. 

Des drogues consommées par inhalation.

Il y a bien sur des outils pratiques de RDR pour les drogues consommées par inhalation: crack, héroïne, mdma, poppers… mais pas pour le tabac ni le cannabis.

Pour le tabac qui est de loin la drogue consommée par inhalation la plus mortelle de toutes, il n’existe malheureusement pas d’outils de réduction des risques. La seule solution pour protéger votre public est de veiller au respect de l’interdiction de fumer dans les lieux publics fermés et de diffuser des brochures d’information.  

De même, en ce qui concerne la consommation de cannabis par inhalation, on attend toujours l’équivalent des éthylotests qui permettraient aux usagers de réellement connaître leur état et faire la différence entre un joint fumé trois jours avant la conduite et un bang pris juste avant de prendre la route … En attendant, il reste possible de mettre à disposition des documents présentant les dangers liés à la conduite sous effet et les dangers de la consommation sur la santé mentale et physique.

Parmi les outils à destination des fumeurs de cocaïne basée, plus souvent appelée crack, on retrouve le Kit Base. Ce kit est à usage unique et personnel et contient notamment une pipe en verre. Le but est de limiter les risques de transmission et d’infections des maladies transmissibles par le sang tels que le VIH, les hépatites B et C et la tuberculose.

D’autres outils comme les feuilles d’alu stériles peuvent être distribuées pour les usagers qui “chassent le dragon”.

Mentionnée précédemment; la crème cicatrisante s’avère aussi utile pour les consommateurs de crack et/ou de poppers car leur inhalation peut créer des lésions au niveau des lèvres et du nez. L’utilisation de la crème réduit les risques de contaminations infectieuses et favorise la cicatrisation.

Les drogues consommées par ingestion.

Si vous constatez qu’une partie de votre public a tendance à consommer des drogues par ingestion, notamment du GHB ou du GBL,  la mise à disposition de pipettes pour GHB se présentant sous forme de mini-flacon doseur, de pipette graduée ou de seringue de faible contenance (0,5 mL ou 1 mL) sans aiguille est un atout certain. Elles permettent de doser précisément le liquide dans un volume inférieur au millilitre et préviennent ainsi des surdosages. 

Comment récupérer tout ce matériel ?

Il est possible de se procurer tout ce matériel auprès d’associations de RDR, des CAARUD et des CSAPA de votre région. Techno+ propose aussi à la vente à prix réduit des kits “teuf” contenant tout le matériel de RDR nécessaire pour faire un stand lors d’une soirée d’environ 500 personnes .  Vous retrouverez une carte de ces structures sur le site de la buldr. 

N’hésitez pas à entrer en contact avec les structures proches de chez vous ou du secteur où se déroulera l’événement. Certaines d’entre elles peuvent même vous proposer des formations adaptées.

Enfin, certaines pharmacies proposent aussi des outils comme les préservatifs, les champs de soin ainsi que les kits d’injection. 

Nous espérons que cet article a pu vous apporter toutes les réponses à vos questions, n’hésitez pas à continuer de faire un tour sur le site internet si vous souhaitez approfondir vos connaissances.